Deke Kodjo Mawuena, un parfait exemple de la résilience

Titulaire d’une licence en Comptabilité Contrôle et Audit, Kodjo Mawuena DEKE est l’exemple parfait de la résilience. Et pour cause:…

Titulaire d’une licence en Comptabilité Contrôle et Audit, Kodjo Mawuena DEKE est l’exemple parfait de la résilience. Et pour cause: deux plans d’affaires successivement rejetés n’ont pas ramolli le courage du jeune entrepreneur. S’accrochant à son rêve, la chance finit par lui sourire. Avec le crédit Jeune Entrepreneur du FAIEJ, Kodjo Mawuena DEKE fait aujourd’hui des merveilles.

Le parcours de Kodjo DEKE est édifiant. Tout a commencé lorsqu’une promotrice de la place vient solliciter son appui pour rédiger un plan d’affaires en vue de participer au concours Programme de Promotion pour l’Entrepreneuriat des jeunes (PPEJ), ex Fonds d’Insertion des Jeunes (FIJ) en 2011.

Fort de cette expérience, le jeune homme participe en 2012 au même concours avec un projet de production de l’huile à base de noix de coco. Mais son projet n’est pas sélectionné. « J’ai ressenti cet échec comme un affront ; cela a fortement affecté mon amour-propre et m’a renforcé dans ma détermination a aller jusqu’au bout de mon rêve de devenir entrepreneur », explique Mawuena.

Après cette tentative manquée, le jeune homme fait la découverte du Fonds d’Appui aux Initiative Economiques des Jeunes (FAIEJ). Il s’inscrit alors audit dispositif et bénéficie en avril 2013 d’une formation en techniques de création d’entreprise et d’élaboration de plan d’affaires. Suite à la formation, il soumet un projet de production de farine de patate douce le 06 octobre 2014. « Je plaçais un grand espoir dans ce projet. J’étais sûr d’avoir le financement », confie Mawuena.

Le plan d’affaires fut évolué, et le promoteur reçu en entretien. Mais le projet, malgré son caractère innovant, n’est pas retenu, Mawuena ne disposant pas de clientèle ni de stratégies de recherche pour rendre son activité pérenne.

Pour autant, il ne baisse pas les bras. Il prend du recul et propose un autre projet de création d’un centre multi-services. Cette fois, le jeune entrepreneur tient le bon bout. Il va pouvoir enfin réaliser son rêve. Son projet retenu, Mawuena bénéficie d’un crédit à hauteur d’un million sept cent quarante-trois mille quatre cent quatre-vingt (1 743 480) Francs CFA qu’il rembourse en une année au lieu de trois initialement prévu.

« Mon entreprise tournait à plein régime ; cela m’a permis de rembourser en un an tout le crédit » se félicite-t-il.

Ce remboursement anticipé du crédit est le fruit de son travail acharné et de son habileté à trouver de la clientèle, notamment en postulant à des appels à manifestation d’intérêt. Avec son entreprise « Centrale Informatique », le jeune entrepreneur emploi deux personnes. Il ambitionne de faire de son centre une véritable société de sécurité informatique. Et pour être à hauteur des prestations  de services, le promoteur suit actuellement des cours en sécurité informatique.

« Je veux devenir expert en sécurité informatique », précise-t-il.

Cette abnégation au travail a valu au jeune entrepreneur d’être décoré chevalier de l’ordre national de Mérite le 26 avril 2017 par le Président de la République, Faure Essozimna GNASSINGBE, à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de l’indépendance du Togo.

Fier de cette nomination qu’il considère comme un défi à relever, notre jeune entrepreneur conclut « Cette décoration est un appel à plus d’engagement. Je dois travailler davantage pour continuer à mériter cette reconnaissance. »